spectacles

Notre programmation est principalement consacrée au théâtre. Les représentations se déroulent généralement les vendredis et samedis à 20h30 et les dimanches à 18h. Le tarif est de 14€ avec un tarif réduit (10€) pour les étudiants et demandeurs d'emploi.

Nous ouvrons notre lieu aux compagnies régionales et/ou d'ailleurs qui souhaitent présenter un travail en cours de création (maquette) et le proposer aux institutions culturelles de la région. Les formes nouvelles sont les bienvenues. Si cette proposition vous intéresse, n'hésitez pas à nous contacter en ayant au préalable consulté les informations techniques de la salle.

papillon_gauche   nouvelle saison   papillon_droit

2018-2019

 


Théâtre

 Vendredi 5 et Samedi 6 Octobre à 20h30

   Dimanche 7 Octobre à 18h     

 

J'attendais quelqu'un

 Cie Théâtre au Noir

 

Texte et mise en scène :  Jacques Rimbert
avec Véronique Mangenot et Christian Magnani

Lui, drague classique, sûr de lui. Plus circonspect quand elle lui aura réglé son compte. Après avoir tout « lâché », chacun est sur ses gardes. Attente. Jeu de chat et de souris. Méfiance, mensonges. Lui aurait voulu que ça aille vite. C’est elle qui l’oblige à parler…

 

 

 

 

  


Théâtre

Samedi 20 Octobre à 20h30

   Dimanche 21 Octobre à 18h     

 

Qu'est-ce qu'on a fait

 Atelier "Réalisation" Cie ça respire encore

 Direction d'acteurs : Daniel Pierson

Affiche Qu'est-ce qu'on a fait

Le théâtre dissèque souvent les liens familiaux, parents-enfants surtout. Liens de sang, liens de « sans » aussi. Nous avons choisi des textes du répertoire classique et contemporain pour dire la douleur parfois de grandir quand trainent d’inguérissables problèmes d’amour, de sexualité, d’abandon et de solitude. Pour dire aussi les rêves, les frustrations, les désirs de l’adolescence, ce rideau de brume, trop souvent entravés par une éducation répressive et l’aveuglement de la famille.

  Ces textes nous présentent des figures parentales, pères absents, pères fantômes, mère-enfants qui n’aident certainement pas à grandir. Longue chaîne d’hérédité, de culpabilitéDes mots, des langues qui nous renvoient à notre mémoire, à nos doutes. Et si la clairvoyance venait de ce colloque de bébés plein d’humour ?

(Textes de: Sophocle, Frank Wedekind, Bernard-Marie Koltes, Joël Pommerat, Roland Fichet)

  


 Théâtre

 Samedi 24 Novembre à 20h30

   Dimanche 25 Novembre à 18h     

 

Tous les Rouges du Ciel

 Cie S.A.Y.N

texte : Clair Arthur   (inspiré des Nouvelles Orientales de Marguerite Yourcenar)
mise en scène :  Gilles Losseroy
avec Andreea Vizitiu , Yann Bériet et Marc Goujot

 « Le monde est vieux, dit-on, je le crois ; cependant— Il le faut amuser encore comme un enfant. » (Jean de La Fontaine)
Un roi qui a renoncé à la vue. Une servante qui dit le monde à sa guise. Un peintre dépossédé de son art pour avoir saisi une vérité bien au-delà de la réalité.
Voici la fable. Simple. Et vertigineuse. Comme toutes les fables. Qu’elles nous demandent de croire, ou nous invitent au scepticisme. Seule importe la question du poète : « Qui parle ? » Qui croire ? Que croire ? CROIRE ? Croire les yeux fermés ; ou ne pas en croire ses oreilles ?
Les fous qui guidaient les aveugles voient-ils encore quelque chose ? Y-a-t-il encore des fous pour guider les aveugles ? Du sang va couler…
C’est bien de théâtre qu’il s’agit, mais les fables qu’on y conte, aussi cruelles soient-elles, n’ont jamais tué pour de vrai, celles-là.

 

 


Théâtre - tout public à partir de 10 ans

Vendredi 18 Janvier 2019 à 20h00

   Samedi 19 Janvier à 20h30   

M'en vais !

Cie Fini de rire

 

conception et réalisation : Luc Kienzel et Didier Malaizé
texte et interprétation :   Luc Kienzel

  Cri-Cri est bien placé pour le savoir. Aujourd’hui, quand t’es trop, ça passe pas… alors « M’en vais ! ».

Cri-Cri, vient « d’en bas ». C’est un « bon gars » comme disent les autres, « ceux d’en-haut », qui lorgnent sur sa p’tite cabane en bois tout en bas.

Cri-Cri n’est pas toujours à sa place. Et d’ailleurs, c’est quoi être à sa place ? Un jour, devoir la quitter et aller voir ailleurs ?

Cri-Cri est un clown solitaire, un raisonneur qui a du cœur et un cœur qui déraisonne.

Variation un brin fantaisiste et décalée sur un perdant magnifique.

 


Théâtre (tout public à partir de 12 ans)

Samedi 9 Mars à 20h30

   Dimanche 10 Mars à 18h     

 Service des Objets Perdus

(Ode à la servitude enthousiaste)

 Cie Astrotapir

 texte : Romain Dieudonné
avec Romain Dieudonné et Simon Bonne

A et B travaillent avec entrain et conviction au Bureau des Objets Perdus, suivant le rythme stimulant de la semaine de 12 jours. Toujours prêts à tenter de nouvelles aventures, ils s’engouffrent, têtes baissées, dans les évolutions de l’entreprise. Tout va bien jusqu’au jour où A retrouve, par mégarde, un objet perdu (ce qui est strictement interdit par le règlement).

« S.O.P. est une critique introspective de notre rapport au monde du travail, mais c’est très drôle aussi… ne partez pas tout de suite ! »

.  


Théâtre-Concert biographique

 Samedi 23 Mars à 20h30

   Dimanche 24 Mars à 18h

  
Marguerite fleur de pavé

 Cie Max Ollier

Direction artistique, chant, percussions :  Maxime Ottinger
Piano, arrangements : Thomas Valentin
www.max-ollier.fr          Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 
 

«  C’est la rue qui m’a dressée, la rue qui m’a appris à chanter… ». Petite fille des rues, devenue grande dame de la chanson, Fréhel a connu richesses et foutues misères. « L’hirondelle des faubourgs » a côtoyé les rupins et chantait pour le populo.

Pour Maxime, sa rencontre avec Fréhel date des années rocks de son adolescence. Depuis elle ne l’a plus quitté.

Avec son complice Thomas qui l’accompagne merveilleusement au piano, il chante et raconte la vie d’une femme brisée mais tellement touchante et sensible. A savourer !




 Humour

 Samedi 27 Avril à 20h30

   Dimanche 28 Avril à 18h

 

Tout le monde croit que je suis un mec bien

 Frédérick Sigrist

 

 

Dans ce nouveau one-man-show, l'humoriste Frédérick Sigrist (aussi chroniqueur sur France Inter) entend démontrer qu’il n’est pas toujours facile de faire coïncider ses intentions et ses actes. Décider ainsi de faire de l’exercice, c’est bien. Mais après ? « Pour moi, une salle de sport, c’est comme une ONG : je donne mon argent et ils ne me voient jamais. » De la difficulté d’être « un mec bien » naît un one-man-show aux réflexions d’une savoureuse acidité sur les vegans, la paternité… Mais aussi sur notre société et les politiques dont il s’ingénie à pointer les travers et les contradictions. Durant quatre-vingt-dix minutes, qui filent à toute allure, Frédérick Sigrist prouve qu’on peut être drôle sans jamais donner de leçons. Réjouissant, non ?  (Télérama)

 

            

 




papillon_gauche nouvelle saison papillon_droit

2017-2018

 


Théâtre / récit autobiographique

 Vendredi 6 et Samedi 7 Octobre à 20h30

   Dimanche 8 Octobre à 18h     

 

Ma vie en prison

 Monsieur Gigi

 de et avec : Djibril Siby

avec la collaboration de : Jérôme Esselin et Franck Bizet

 

 « J’ai écrit une histoire, de l’entrée jusqu’à la sortie, le quotidien, le parloir, la violence, la cellule pour trois où on s’entassait à dix... avec des trucs rigolos. Sans plainte. Sans pathos. »

 « Ma vie en prison a séduit Avignon » (L’Est Républicain)

   « Un texte juste, brut et tendre à la fois, une mise en scène intelligente et sobre et un acteur qui se donne, Ma vie en prison va marquer le off 2017. Bravo encore. » (Parole de spectateur)

 

 


Théâtre

Samedi 25 Novembre à 20h30

   Dimanche 26 Novembre à 18h     

 

Par les morceaux de cette ville

 Cie La Voyageuse

 texte et coordination du spectacle : Yannick Hoffert

avec : Jean-Jacques Daillot, François Glikson, Mélodie Lambert

musique : Sylvain Gherardi

 

 Première pelletée, premiers problèmes.

On voulait construire au-dessus. Il y avait quelque chose au-dessous.

Dessous, un grouillement de papyrus.

Dessus, des hommes et des femmes arrêtés par le passé.

Ils ne savent pas quoi faire de ce passé. Ni s’il faut en faire quelque chose. Ni ce qu’il va faire d’eux.

Creuser, c’est risqué

 


 Théâtre et musique

 Samedi 20 Janvier à 20h30

   Dimanche 21 Janvier à 18h     

 

Le violon de Rothschild

 Cie Le Moujik

 texte : Anton Tchekhov

jeu et mise en scène : Yann Berriet

jeu et mise en musique : Charlène Ploner

 

 Iakov Ivanov fabrique des cercueils dans une ville où l’on ne meurt pas assez. Iakov Ivanov joue dans un orchestre où ça sent l’ail. Iakov Ivanov, les jours fériés, compte ses pertes. En un mot, Iakov Ivanov a raté sa vie. Et pourtant sa femme, à l’heure de mourir, se met à sourire… 

 Le sourire du bouffon se veut amer, les larmes de la contrebasse se rêvent klezmer.

Et chacun vient poser un regard bienveillant sur Iakov...

 


Humour et philosophie

 Samedi 10 Février à 20h30

   Dimanche 11 Février à 18h     

 

Les conférences extragvagantes de Pierre Cleitman :

Le plombier du Titanic

 

Le 14 avril 1912, peu après 22 heures, alors que le Titanic effectue sa première (et dernière) traversée de Southampton à New-York, le passager d'une cabine de première classe s'aperçoit que la tuyauterie d'arrivée d'eau de la baignoire est fissurée sur toute sa longueur. On fait aussitôt intervenir le plombier du bord. Et c'est au beau milieu de son travail que le navire, à 23h40, heurte l'iceberg pour finir par sombrer deux heures plus tard. L'amour du travail bien fait survivra-t-il à l'angoisse et même à la panique liée à l'imminence du naufrage ?

Entre one man show humoristique et conférence traditionnelle, Les Conférences extravagantes sont un mélange irrésistible de réflexions ultra-sérieuses et de divagations ultra-délirantes. Celle-ci est la toute nouvelle...

 

 

 


Théâtre

Samedi 24 Mars à 20h30

   Dimanche 25 Mars à 18h     

 

Et hop !

 Coproduction Les Crieurs de Nuit et Théâtre de Cristal


 
conception et jeu : Dominique Farci et Christian Magnani

 

 

Spectacle composé de courtes scènes, joué par deux comédiens qui  font voyager le public dans un univers cocasse et absurde, le tout ponctué par des chansons. 

 

Les deux acolytes jonglent avec les mots, empêtrés dans des histoires attendrissantes, absurdes et cruelles à la fois.

 

Un spectacle d’un humour corrosif, qui met l’accent sur les travers de la nature humaine.

 

 

 


Théâtre / comédie musicale

Samedi 7 Avril à 20h30

   Dimanche 8 Avril à 18h     

 
La mégère à peu près apprivoisée

 Cie Incognito

 d'à peu près William Shakespeare mais surtout d'Alexis Michalik
Mise en scène : Clémence Iddir
piano : Elise degrange
guitare : Dominique collet
avec : Laurent Albrecht, Romain Albrecht, Dominique Collet, Patrick Cuny, Grégory Thomassin, et Agathe Aranda ou Karine Lervat, Clémence Iddir ou Marlène Faure

 

Le pasteur Battista a deux filles : Bianca, la douceur incarnée et Katarina, la mégère. Il accepte de lâcher la main de Bianca, mais d’abord, il faut trouver un mari à l’autre cas social...

 

Adaptation déjanto-kitsch en comédie musicale façon Broadway de La Mégère apprivoisée, ce délirant spectacle dynamite Shakespeare avec délectation !

 


 


 Théâtre-Concert biographique

Vendredi 20 et Samedi 21 Avril à 20h30  

  

Marguerite fleur de pavé

 Cie Max Ollier

Création 2018

  Fréhel... l'inoubiable inoubliée...

 On l'a appelée aussi

« Mam'zelle Pervenche »… « L'hirondelle des faubourg »...

« La Reine des Apaches! »... « Madame sans gêne de la chanson »...

 Pour certains, c'était plutôt

« Miss Coco »?...  ou « Fleur de ripaille »...

 Si elle était simplement Marguerite Boulc'h ?

 La femme derrière la vedette des caf' conc'...

Son histoire derrière sa carrière...

Sa vie derrière ses chansons...

 Marguerite derrière Fréhel…


Maxime Ottinger :
Voix, percussions, direction artistique
Thomas Valentin : Piano, arrangements
www.max-ollier.fr          Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


 Présentation de "Héritage", une création 2018 de l'atelier Adultes "Réalisation".

Jeudi 28 juin à 20h30 

Héritage

 Cie ça respire encore

Direction d'acteurs Daniel Pierson

Vous attendez, inquiets ( si si ! ), les dates de représentations du travail fourni avec acharnement et passion par l’atelier adulte « Réalisation », celui-là qui vous a emporté et… emballé toutes ces dernières années.« Empêchés » pendant les répétitions dhiver et donc pas tout à fait prêts, nous avons décidé de reporter les représentations aux :

              samedi 20 octobre à 20h30    et    dimanche 21 octobre à 18h.

 Cependant !

Nous vous proposons une sorte d’avant-première, une maquette généreuse, un temps fortissimo du travail, qui vous donnera encore plus envie de nous retrouver en octobre… Bien sûr qu’il y aura un pot à la fin de la présentation.

Depuis Sophocle à aujourd’hui, BM Koltes et JL Lagarce, le théâtre  dissèque les liens familiaux, parents- enfants surtout. Liens de sang, liens de « sans »aussi. Nous avons choisi des textes d’auteurs classiques et contemporains pour dire la douleur parfois de grandir, d’être séparé, de se sentir abandonné d’un père, d’une mère, d’être le « rejeton » d’un père ayant lui-même eu des rapports douloureux avec le sien. Pour dire aussi les rêves, les frustrations, les désirs de l’adolescence, ce rideau de brume, trop souvent entravés par une éducation répressive et l’aveuglement de la famille. Ces textes nous présentent des figures parentales, pères absents, pères fantômes, mère-enfants qui n’aident certainement pas à grandir.
Longue cha
îne d’hérédité, de culpabilité…
Des mots, des langues qui nous renvoient à notre mémoire, à nos doutes… Et si la clairvoyance venait de ce colloque de bébés plein d’humour !                                                                           
                                                                     
DP

Extraits :

Electre (Sophocle) trad. Antoine Vitez
L Eveil du printemps (Frank Wedekind)
Le Retour au Désert (B.M. Koltes)
Colloque de bébés (Roland Fichet)
La Réunification des deux Corées (Joël Pommerat)
Cet enfant (Joël Pommerat)
Jétais dans ma maison et jattendais que la pluie vienne (Jean-Luc Lagarce)