papillon_gauche   nouvelle saison   papillon_droit

2018-2019

 


Théâtre

 Vendredi 5 et Samedi 6 Octobre à 20h30

   Dimanche 7 Octobre à 18h

       *** REPRISE  les 25 et 26 janvier à 20h30 ***

 

J'attendais quelqu'un

 Cie Théâtre au Noir

 

Texte et mise en scène :  Jacques Rimbert
avec Véronique Mangenot et Christian Magnani

Lui, drague classique, sûr de lui. Plus circonspect quand elle lui aura réglé son compte. Après avoir tout « lâché », chacun est sur ses gardes. Attente. Jeu de chat et de souris. Méfiance, mensonges. Lui aurait voulu que ça aille vite. C’est elle qui l’oblige à parler…

 

 

 

 

  


Théâtre

Samedi 20 Octobre à 20h30

   Dimanche 21 Octobre à 18h     

 

Qu'est-ce qu'on a fait

 Atelier "Réalisation" Cie ça respire encore

 Direction d'acteurs : Daniel Pierson

Affiche Qu'est-ce qu'on a fait

Le théâtre dissèque souvent les liens familiaux, parents-enfants surtout. Liens de sang, liens de « sans » aussi. Nous avons choisi des textes du répertoire classique et contemporain pour dire la douleur parfois de grandir quand trainent d’inguérissables problèmes d’amour, de sexualité, d’abandon et de solitude. Pour dire aussi les rêves, les frustrations, les désirs de l’adolescence, ce rideau de brume, trop souvent entravés par une éducation répressive et l’aveuglement de la famille.

  Ces textes nous présentent des figures parentales, pères absents, pères fantômes, mère-enfants qui n’aident certainement pas à grandir. Longue chaîne d’hérédité, de culpabilitéDes mots, des langues qui nous renvoient à notre mémoire, à nos doutes. Et si la clairvoyance venait de ce colloque de bébés plein d’humour ?

(Textes de: Sophocle, Frank Wedekind, Bernard-Marie Koltes, Joël Pommerat, Roland Fichet)

  


 Théâtre

 Samedi 24 Novembre à 20h30

   Dimanche 25 Novembre à 18h     

 

Tous les Rouges du Ciel

 Cie S.A.Y.N

texte : Clair Arthur   (inspiré des Nouvelles Orientales de Marguerite Yourcenar)
mise en scène :  Gilles Losseroy
avec Andreea Vizitiu , Yann Bériet et Marc Goujot

 « Le monde est vieux, dit-on, je le crois ; cependant— Il le faut amuser encore comme un enfant. » (Jean de La Fontaine)
Un roi qui a renoncé à la vue. Une servante qui dit le monde à sa guise. Un peintre dépossédé de son art pour avoir saisi une vérité bien au-delà de la réalité.
Voici la fable. Simple. Et vertigineuse. Comme toutes les fables. Qu’elles nous demandent de croire, ou nous invitent au scepticisme. Seule importe la question du poète : « Qui parle ? » Qui croire ? Que croire ? CROIRE ? Croire les yeux fermés ; ou ne pas en croire ses oreilles ?
Les fous qui guidaient les aveugles voient-ils encore quelque chose ? Y-a-t-il encore des fous pour guider les aveugles ? Du sang va couler…
C’est bien de théâtre qu’il s’agit, mais les fables qu’on y conte, aussi cruelles soient-elles, n’ont jamais tué pour de vrai, celles-là.

 

 


Théâtre - tout public à partir de 10 ans

Vendredi 18 Janvier 2019 à 20h30

   Samedi 19 Janvier à 20h30   

M'en vais !

Cie Fini de rire

 

conception et réalisation : Luc Kienzel et Didier Malaizé
texte et interprétation :   Luc Kienzel

  Cri-Cri est bien placé pour le savoir. Aujourd’hui, quand t’es trop, ça passe pas… alors « M’en vais ! ».

Cri-Cri, vient « d’en bas ». C’est un « bon gars » comme disent les autres, « ceux d’en-haut », qui lorgnent sur sa p’tite cabane en bois tout en bas.

Cri-Cri n’est pas toujours à sa place. Et d’ailleurs, c’est quoi être à sa place ? Un jour, devoir la quitter et aller voir ailleurs ?

Cri-Cri est un clown solitaire, un raisonneur qui a du cœur et un cœur qui déraisonne.

Variation un brin fantaisiste et décalée sur un perdant magnifique.

 

 


Théâtre (tout public à partir de 12 ans)

Samedi 9 Mars à 20h30

   Dimanche 10 Mars à 18h     

 Service des Objets Perdus

(Ode à la servitude enthousiaste)

 Cie Astrotapir

 texte : Romain Dieudonné
avec Romain Dieudonné et Simon Bonne

A et B travaillent avec entrain et conviction au Bureau des Objets Perdus, suivant le rythme stimulant de la semaine de 12 jours. Toujours prêts à tenter de nouvelles aventures, ils s’engouffrent, têtes baissées, dans les évolutions de l’entreprise. Tout va bien jusqu’au jour où A retrouve, par mégarde, un objet perdu (ce qui est strictement interdit par le règlement).

« S.O.P. est une critique introspective de notre rapport au monde du travail, mais c’est très drôle aussi… ne partez pas tout de suite ! »

.  


Théâtre-Concert biographique

 Samedi 23 Mars à 20h30

   Dimanche 24 Mars à 18h

  
Marguerite fleur de pavé

 Cie Max Ollier

Direction artistique, chant, percussions :  Maxime Ottinger
Piano, arrangements : Thomas Valentin
www.max-ollier.fr          Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 
 

«  C’est la rue qui m’a dressée, la rue qui m’a appris à chanter… ». Petite fille des rues, devenue grande dame de la chanson, Fréhel a connu richesses et foutues misères. « L’hirondelle des faubourgs » a côtoyé les rupins et chantait pour le populo.

Pour Maxime, sa rencontre avec Fréhel date des années rocks de son adolescence. Depuis elle ne l’a plus quitté.

Avec son complice Thomas qui l’accompagne merveilleusement au piano, il chante et raconte la vie d’une femme brisée mais tellement touchante et sensible. A savourer !




 Humour

 Samedi 27 Avril à 20h30

   Dimanche 28 Avril à 18h

 

Tout le monde croit que je suis un mec bien

 Frédérick Sigrist

 

 

Dans ce nouveau one-man-show, l'humoriste Frédérick Sigrist (aussi chroniqueur sur France Inter) entend démontrer qu’il n’est pas toujours facile de faire coïncider ses intentions et ses actes. Décider ainsi de faire de l’exercice, c’est bien. Mais après ? « Pour moi, une salle de sport, c’est comme une ONG : je donne mon argent et ils ne me voient jamais. » De la difficulté d’être « un mec bien » naît un one-man-show aux réflexions d’une savoureuse acidité sur les vegans, la paternité… Mais aussi sur notre société et les politiques dont il s’ingénie à pointer les travers et les contradictions. Durant quatre-vingt-dix minutes, qui filent à toute allure, Frédérick Sigrist prouve qu’on peut être drôle sans jamais donner de leçons. Réjouissant, non ?  (Télérama)